Exemplarité

Moniq Bertin, quand les notes créent des liens

Durant la crise sanitaire du COVID-19, les habitant.e.s, associations et entreprises orvaltais.e.s ont porté toutes sortes d’initiatives pour aider, créer du lien ou égayer le quotidien de leur entourage. Parmi lesquel.le.s Monik Bertin.

Les Chanfantines

Moniq Bertin intervient dans les structures d’accueil de petite enfance. Guitare à la main, elle chante ses comptines aux petits Orvaltais. Son activité étant à l’arrêt en raison du confinement, elle a publié chaque jour sur sa page Facebook Chanfantines une comptine pour, dit-elle, « apporter du soleil dans le quotidien de ces enfants et nourrir le répertoire des parents ». À l’aide du relais des professionnels de la petite enfance, ses vidéos ont été consultées par de nombreux petits et grands. « Plusieurs enfants attendaient avec impatience leur comptine chaque jour, et les parents eux-mêmes m’envoyaient leurs berceuses d’enfance » raconte la musicienne. Une belle façon de prouver selon elle que « dans ces moments d’isolement, c’est la culture qui nous réunit ».

Le chantez-vous du dimanche

Des « Champs Elysées » à « Frère Jacques », en passant par « Les Restos du cœur », les rues de la Bugallière ont résonné à l’unisson tous les dimanches du confinement avec le « Chantez-vous du dimanche ». Le principe, également proposé par Moniq Bertin et relayé à coups de sms puis par le centre socioculturel de la Bugallière, consistait à interpréter ensemble, chaque dimanche midi, une chanson choisie par les habitants. Si tout est parti de la rue Coulomb avec Moniq, sa fille, leurs guitares et une voisine, d’autres axes du quartier n’ont pas tardé à pousser la chansonnette aussi, accompagnés d’instruments, voire de micros et sonos ! « On a pris l’habitude de se retrouver à nos fenêtres ou dans nos jardins, sur un moment positif où l’on se faisait du bien avec le chant. Et puis c’était aussi l’occasion de prendre des nouvelles les uns des autres et même de rencontrer des voisins qu’on ne croise jamais d’habitude », explique Moniq. A tel point qu’à la fin du confinement, certaines rues ont décidé de prolonger ce rendez-vous en attendant un vrai temps convivial de quartier…

 



Les commentaires sont fermés.